Feeds:
Articles
Commentaires

Des photos d’un lointain passé qui montre le côté obscur de la vie du temps de nos grands-parents ou arrière-grands-parents

Merci a Nuage Ciel d’Azur pour cette article: https://nuage1962.wordpress.com

Des photos terrifiantes du passé

Les photos que vous allez voir sont toutes issues du passé, de faits réels et n’ont en aucun cas été truquées. Une fois qu’on sait ça, ce n’est pas très rassurant, bien au contraire.

2

Des candidates à un concours de beauté portent un masque afin de n’être évaluées que sur la beauté de leur corps.

6

En 1930, une femme reçoit un traitement anti taches de rousseur au dioxyde de carbone.

7

En 1868, la jeune américaine Myrtle Corbin naît avec un bassin et deux jambes supplémentaires. Sa particularité unique lui vaudra de passer ses premières années dans un cirque.

8

Un masque à gaz Mickey Mouse utilisé par une infirmière pour ne pas effrayer les enfants, en 1942.

12

En 1948, une jeune fille ayant grandi dans un camp de concentration et qui a ensuite vécu dans une résidence pour enfants « perturbés », dessine « sa maison ».

15

En 1925, voici l’isolateur, un casque qui coupe de tous les sons, alimenté en oxygène par un tuyau. De plus, les fentes au niveau des yeux sont faites de telle sorte qu’on ne puisse lire qu’une seule ligne de texte à la fois.

17

En 1930 en Floride, des participantes à un concours des plus beaux yeux. Ces dernières portent des masques afin que le jury ne soit pas influencé par leur visage.

 

20

Ella Harper, alias la « Fille Chameau », doit son surnom à un grave trouble affaiblissant les ligaments de ses genoux.

3

La direction du Café de l’Enfer de Paris (situé juste à côté du Moulin Rouge) au grand complet, connu pour ses spectacles de folie et ses serveurs déguisés en diables. Il a fermé ses portes au milieu du 20ème siècle.

Publicités

Tracey_Emin_1-cropped

Tracey Emin

Tracey Emin (née le 3 juillet 1963 à Croydon) est une artiste britannique d’origine chypriote turque faisant partie du groupe des Young British Artists.

Elle s’est fait connaître du public britannique par deux scandales médiatiques : un esclandre sur le plateau d’une émission culturelle de Channel 4 alors qu’elle était totalement ivre et son installation de 1999 pour le prix Turner, My Bed, composée de son propre lit défait ainsi que de préservatifs usagés et de sous-vêtements tachés de sang. Emin utilise différentes formes d’expression comme la couture et la sculpture, le dessin, la vidéo et les installations, la photographie et la peinture. Elle est en conflit avec son ancien petit ami, l’artiste Billy Childish, à propos du stuckisme notamment. Tracey Emin a été élue membre de la Royal Academy of Arts de Londres le 27 mars 2007.

Jeunesse

Tracey Emin est née à Croydon mais fut élevée à Margate. Elle a un frère jumeau. Son père, un chypriote turc, était marié à deux femmes et divisait son temps entre deux familles. Vers l’âge de 13 ans, elle a été victime d’un viol.

Œuvres

En 1994 eut lieu la première exposition personnelle de Tracey Emin, à la White Cube Gallery à Londres, intitulée My Major Retrospective. Elle y exposait des photographies personnelles, des photos de ses premières peintures qu’elle a détruites…

En 1995 elle réalise une de ses œuvres les plus célèbres, Everyone I Have Ever Slept With 1963-1995, une tente bleue sur laquelle étaient cousus les noms de toutes les personnes avec lesquelles elle avait dormi, des petits amis, des membres de sa famille avec lesquels elle a dormi étant enfant et ses deux enfants avortés. L’ambiguïté du titre pousse certains à taxer l’œuvre d’exhibition de la vie sexuelle de l’artiste, mais il s’agirait plutôt d’une œuvre intime au sens large. L’œuvre fut achetée par Charles Saatchi et exposée à la Royal Academy de Londres en 1997. Elle fut détruite dans l’incendie du dépôt de Saatchi en 2004. Le tissu et la couture prennent une part importante du travail d’Emin, souvent découpé pour faire des lettres cousues sur un autre matériau. Elle a notamment voyagé à travers les États-Unis avec le fauteuil de sa grand-mère, There’s A Lot Of Money In Chairs (1994), sur lequel elle a cousu son nom et celui de son frère, le nom des villes où elle s’est arrêtée et a fait des lectures publiques de son livre Exploration Of The Soul.

Bien que ses œuvres aient donné à Emin une certaine notoriété dans le milieu de l’art, elle était inconnue du public jusqu’à son apparition, en 1997, dans une émission de télévision sur Channel 4 à propos du Prix Turner, durant laquelle, ivre, elle avait injurié les invités.

En 1999, nominée pour le Prix Turner, Emin expose My Bed à la Tate Gallery. Il s’agit de son lit aux draps souillés entouré de préservatifs usagés, de paquets de cigarettes, une culotte tachée de sang menstruel… Le lit était présenté tel qu’elle l’avait laissé après y être resté plusieurs jours alors qu’elle était déprimée et pensait au suicide à cause de problèmes de couple.

En juillet de la même année elle expose une série de monotypes inspirés de la vie de la Princesse Diana à la Blue Gallery, dans une exposition intitulée Temple of Diana. Par ailleurs, Tracey Emin a produit un nombre important de monotypes, souvent biographiques, à propos de ses avortements ou la mettant en scène dans des situations personnelles ou intimes. Ces dessins, exécutés très rapidement, comprennent souvent du texte, parfois raturé ou mal orthographié, très spontané, qui exprime sa pensée à l’instant où elle écrit.

Pour l’exposition tenue pour le Prix Turner, Emin choisit de présenter parmi ses œuvres six petites aquarelles intitulées Berlin The Last Week in April 1998. Il s’agit de peintures d’après des clichés au Polaroïd pris d’elle-même dans son bain à Berlin en 1998. D’après Simon Wilson, porte=parole de la Tate Gallery Emin aurait inclus ces peintures pour répondre aux accusations qui disent qu’il n’y a plus de peinture dans les expositions du Prix Turner. La pratique de la peinture d’Emin est variée et a évolué au fil du temps. Dans les années 1980, influencée par son petit ami de l’époque, Billy Childish, elle peignait dans un style proche de l’Expressionnisme, elle cite souvent Edvard Munch et Egon Schiele comme influences majeures. Elle peint principalement des autoportraits, souvent des peintures représentant son anatomie intime comme Purple Virgin (2004), Asleep Alone With Legs Open (2005) ou Masturbating (2006).

En 2007, Emin est choisie pour représenter la Grande-Bretagne à la Biennale de Venise où elle expose notamment des peintures sur toile de grand format représentant ses jambes et son vagin, une série d’aquarelles intitulée The Purple Virgins, ainsi que la série des aquarelles, datant de 1990, qu’elle a faite de son avortement, exposées pour la première fois. Le 29 mars 2007, Tracey Emin a été nommée Académicienne royale par la Royal Academy of Arts.

La première rétrospective importante de l’œuvre d’Emin a eu lieu à la Scottish National Gallery of Modern Art à Edimbourg, d’août à novembre 2008, visitée par plus de 40 000 spectateurs, battant le record du musée pour un artiste vivant. On pouvait y voir un grand nombre d’œuvres de Tracey Emin, des œuvres rarement exposées de ses débuts aux plus connues, des couvertures cousues, des peintures, sculptures, films, néons, dessins et monotypes.

Source: https://fr.wikipedia.org/wiki/Tracey_Emin

Son site web: www.traceyeminstudio.com

« My bed », l’oeuvre provocatrice et controversé de Tracey Emin à été vendu pour 2,8 millions d’euros

slide_356436_3923277_compressed

slide_356436_3923273_compressed

slide_356436_3923274_compressed

slide_356436_3923275_compressed

slide_356436_3923276_compressed

Un million de $ pour un lit défait avec un sol jonché de bouteilles de vodka vides, de mégots de cigarettes et de condoms souillés? Un million c’est la valeur estimée de l’oeuvre My bed de l’artiste britannique Tracey Emin, qui a été gagné 2,8 millions d’euros aux enchères.

Il s’agit d’une des oeuvres phares du mouvement des Young British Artists – ou YBA – qui a pris d’assaut le milieu de l’art contemporain dans les années 1990.

La pièce est vendue par le célèbre collectionneur Charles Saatchi, qui a joué un rôle clé dans la montée de jeunes artistes britanniques vers les sommets du monde de l’art. En plus de Tracey Emin, il est aussi derrière la carrière de Damien Hirst, connu pour son oeuvre For the love of God, composée d’un crâne humain incrusté de 8601 diamants.

Une artiste de la divulgation

L’art de Tracey Emin puise dans sa vie personnelle pour en révéler les détails les plus intimes, avec des intonations souvent sexuelles et provocantes. My bed est une de ses oeuvres les plus célèbres, aux côtés d’Everyone I have ever slept with, une tente à l’intérieur de laquelle des appliqués révèlent les noms de 102 personnes avec qui l’artiste a déjà « couché »entre 1963 et 1995, avec relations sexuelles ou non.

2014-08-10-everyone-i-have-ever-slept-with-tracey-emin-e1412779370886

My bed a été créée après une phase de profonde dépression suivant une rupture amoureuse. L’artiste a trouvé « surréel » de voir son oeuvre exhibée à l’encan. « Chaque fois que je revois le lit, j’ai des souvenirs qui me reviennent en tête de la première fois où je l’ai vu, il y a 16 ans, a-t-elle déclaré. J’espère qu’il se retrouvera dans un bel endroit. Il m’a beaucoup aidé. »

Selon Francis Outred, spécialiste de la maison Christie’s en art contemporain, il s’agit de l’une des oeuvres d’art britanniques les plus importantes du 20siècle.

Source: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2014/06/27/003-tracey-emin-bed.shtml

Elle a écrit un livre dont le titre est Strangeland

41cfff-5fQL

Éditeur: Sceptre; New édition (5 octobre 2006)

Son livre est disponible sur Amazon


12391967_1081942438517516_1807631945889018480_n

Au Brésil, plus précisément à Campinas (Sao Paulo), un chien a sauvé un nouveau-né jeté à la poubelle par sa mère. Cette mère venait de donner naissance à son enfant quand elle a décidé de le jeté aux ordures, une action dont le chien aurait été témoin. Il a attendu que la mère quitte l’enfant et les lieux pour aller le ramasser et l’a rapporté à la maison la plus proche. L’enfant est né sous une bonne étoile d’une certaine façon! Merci à ce noble animal qui l’a sauvé, alors que le pauvre bébé avait encore une partie du cordon ombilical accroché à son corps. Il est actuellement à l’hôpital, dans un environnement plus chaleureux avec des soins adéquats et une alimentation saine. Cette nouvelle a indigné les habitants de la région et l’ensemble de la communauté brésilienne est au courant de cette affaire. Les photos du chien avec le bébé dans la bouche ont parcouru le monde entier, provoquant des sentiments mitigés chez les gens. « D’une part, la communauté veut condamner la mère qui est capable decommettre de telles atrocités contre son propre sang sans remords et d’autre part, nous devons reconnaître que ce chien errant a montré plus d’humanité et d’amour que la plupart des humains. » a expliqué un officiel brésilien.


23

beautiful-strawberry-cool-wallpaper

103

awesome-beautiful-sailboat-hd-wallpapers-new-desktop-background-cool-images-of-sail-boats

vxdvdv

69.jpguy

4

109

36.jpgt

1

7

13

31.jpgyrty

2yuk

2.jpgliul

3D-Wallpapers4Desktop.com-030

64

27.jpgiuy

105.jpgyu

59.jpgtu

Beautiful-Flowers-Lawn-HD-Wallpaper

30.jpghig

 

54.jpgtyrdy

001ec97909631514ae0212


Ra Paulette, un sculpteur américain de 75 ans, a passé les 25 dernières années seul, dans le désert pour y vivre de sa passion.

Le travail de l’homme est à couper le souffle. À l’aide de pelles et grattoirs, l’homme de 75 ans a sculpté minutieusement les grottes du désert du Nouveau-Mexique afin d’y dessiner de véritables œuvres d’art.

Il y a consacré près de 45 heures par semaine. La patience a décidément été son principal allié… Imaginez un instant passer 25 ans, seul, dans le désert…

cave-carving-ra-paulette-new-mexico-1cave-carving-ra-paulette-20

CAVEDIGGER--Cavedigger Ra Paulette removes a load of pulverized sandstone from one of his works in progress.  Paulette is the subject of filmmaker Jeffrey Karoff's 2013 documentary, "Cavedigger."  (photo courtesy of Jeffrey Karoff) wjohnson@abqjournal.com Wed Dec 04 16:26:19 -0700 2013 1386199576 FILENAME: 163495.jpg

cave-carving-ra-paulette-30

maxresdefault

_property_37c8edfa-79bc-4fa2-a503-dbe3f2eda0f8-634658814324791543-wall__1_closer meditation-cave-sandstone-cathedral-new-mexico-1 ra-paulette rapaulette_luminouscaves_04 ra-paulette-cave-2

ra-paulette-cave-4 ra-paulette-cave-5 ra-paulette-cave-6 ra-paulette-cave-11 ra-paulette-cave-13 ra-paulette-cave-14 ra-paulette-cave-15 ra-paulette-cave-16 SANDSTONE-CAVES-BY-RA-PAULETTE-04 Screen Shot 2015-02-18 at 6.56.09 AM sunmo0518cavedigger640x360HT_ra_paulette_cave_home_living_room_drum_floor_jt_150328_4x3_992cavediggercathedral D7fvlKv01-20140205_rp_0827_ar carved-cave-chamberd303d357-acf8-4058-bf5d-9d72ac9829e8_antilimit-ra-cave-1-2Site web de Ra Paulette: www.racavedigger.com

Magnifique photos #2


98

33 12 14 15

18Beautiful-Flowers-Lawn-HD-Wallpaper

22

2553

76

32 27

French-Beach-cool-hd-wallpaper 28

101.jpgiuyi

37.jpgu 35 39 40Beautiful-Flowers-Garden-Images

84  fgfgfg

6898761-beautiful-flower-wallpaper-tumblr

67.jpguoy

91.jpgyii 49 51

56 56.jpgfg 61 62 63.jpgfg  6925.jpgipu

28.jpggh 71 77

21.jpgyu 77.jpgyy61.jpguio

86 102 116 ghfgtyry


nina-sparr-underwear

New fashion trend? Swedish woman creates underwear out of 100% human hair

When it comes to underwear women are spoilt for choice. There are knickers, Brazilian briefs, boy shorts, thongs and of course the popular G-string.

But one woman may have unwittingly sent a multi-million pound industry into disarray after creating a unique take on female undergarments.

Nina Sparr from Sweden has designed underwear made from all kinds of 100% human hair, sourced from all over the country.

« It’s a bit special. They are knitted by 100%  human hair and it is not mixed with anything else or coloured, » she told Swedish website Expressen. « There is hair that comes from salons, and clients of mine who have donated because I work with them full time. »

Sparr reveals that she won’t be taking on Ann Summers just yet, because the quirky pants – which have been tried and tested by models – are far from comfortable .

« The [hair] sticks of course a bit. For hair is a mess. You know, like when you have your hair cut at the hairdresser and it falls down in your sweater and then sticks. »

But she hasn’t stopped at underwear. The designer and ship owner has used the hair to knit together a variety of items including jewellery, paintings and purses.

Her products have already created a buzz in her home town with Sparrs even receiving custom orders such as a bridal crown made from the wife-to-be’s actual locks.

« It becomes so personal when it is your own hair, » Sparr said. « If, for example, [you are getting] married and have [your] own hair when ordering a bridal crown. It’s incredibly personal, and therefore it has lots of emotion in it. »

Source: http://www.ibtimes.co.uk/new-fashion-trend-swedish-woman-creates-underwear-out-100-human-hair-1498160